Equipe I Hendaye - Lavaur

VICTOIRE SH 16 - 12 LAVAUR

Fédérale 1 : Hendaye tient sa victoire

Courageux à l’extrême, les Hendayais ont obtenu face à Lavaur une première victoire en Fédérale 1, synonyme d’espoir dans la course au maintien (16-12).

C’est peut-être le moins bon match du Stade Hendayais à Ondarraitz cette saison, mais c’est aussi le meilleur au niveau de la performance avec à la clef une victoire chèrement acquise face à une équipe vauréenne toujours aussi redoutable et talentueuse. Souvent pénalisés en mêlée et lors des groupés pénétrants, les Xuriak étaient à la peine à dix minutes du terme lorsque leur capitaine Jean-Marc Zubizarreta, auteur d’un match énorme, marqua l’essai qui ravive la flamme et renforce Hendaye dans sa foi en le maintien.

Si au football le petit pont est devenu célèbre, au rugby, le vieux petit pont risque aussi de devenir un label qui rapporte. Zubizarreta en euskera signifie vieux petit pont, et l’essai qu’inscrivit hier le capitaine hendayais à l’occasion d’une pénalité près de la ligne adverse n’est pas le premier du genre. C’est même une spécialité du solide biriatuar, qui en a marqué bien des semblables par le passé. Le truc est simple : jouer pour soi et perforer sur une pénalité à cinq mètres de la ligne lorsque l’adversaire s’interroge sur le mode d’exécution de la sanction.

Zubizarreta raconte

Jean-Marc raconte : « J’ai senti que c’était le moment. Je la joue pour moi, je rentre dans la défense, au final il me manque un demi-bras mais je m’étire un peu plus et je marque ». Hilare et heureux comme si c’était son premier, le capitaine oublie déjà les dix minutes d’enfer vécues avant le coup de sifflet final.

Car après cet exploit, les Vauréens se ruèrent à l’assaut et s’installèrent à quelques brins d’herbe de la ligne hendayaise, alternant touches, mêlées, attaques au large ou percées dans l’axe. C’était vraiment très chaud, et heureusement, dans ces moments difficiles, les Xuriak retrouvèrent les vertus oubliées notamment en première période : obstination, rigueur, défense. Au bout du bout des arrêts de jeu, une ultime mêlée vit cette fois les visiteurs pincés par l’arbitre. On imagine avec quelle délectation Julien Le Gall, qui avait auparavant transformé l’essai de son capitaine depuis le bord de touche, dégagea sur la pénalité.

Avant ces dernières minutes haletantes, les Hendayais brouillons avaient souvent péché par indiscipline, et les Vauréens avaient bien posé leur jeu mais avaient manqué quelque peu d’ambition, préférant attendre les fautes de ceux qui voulaient attaquer en dépit d’un ballon et d’une pelouse glissants. Calcul gagnant jusqu’à ce que Zubi leur fasse le coup du vieux petit pont. Et que le public d’Ondarraitz offre une sortie triomphale à ses « petits ».

SO du 18-11-2013