Les Xuriak1 contre Floirac1

Défaite 18 à 3

Courage et solidarité contre puissance et vitesse.

FÉD. 2 (MATCHS EN RETARD)
Floirac à l’usure
HENDAYE - FLOIRAC

Les Hendayais se sont usés à défendre, hier, et ont peu à peu perdu leur agressivité.
POULE 7
Hendaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Floirac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18

Lieu : Hendaye (stade Ondarraitz). Spectateurs : 300. Arbitre : Benoît Lapassade (Occitanie) Mi-temps : 3-3.
Hendaye : 1 pénalité de Morin (35e).
L’équipe : Morin - Macicior, Erguy, Demars, Danjou - (o) Jimenez, (m) Jaureguiberry - Esclafer, J. Domingues, Kingsford - Vial, A. Domingues - Hiriart (c), Andox Taillebres, Rodrigues. Entrés en jeu : Gil, Ducamp, Fontaine, Lekuona, Solano, Guiraute.
Carton jaune : Morin (80e).
Floirac : 2 essais de Metais (62e), Gayan (67e) ; 1 transformation (62e) de Dulong ; 2 pénalités (25e, 50e) de Dulong.
L’équipe : Gayan - Bossu, Grollier, Stanaway, Tait - (o) Dulong, (m) Arkamoudi - Julien (c), Metais, Reulet - Escarnot, Letellier - Traore, Guerin, Clarac. Entrés en jeu : Fontalirant, Blot, Lauseille, Richard, Coldeboeuf, Thomas.

Bousculés après avoir été usés par des Girondins aussi lourds qu’offensifs, les Hendayais n’on pu mettre à profit leur match en retard, hier, pour décrocher le moindre point. Leur seul exploit est d’avoir privé les visiteurs du bonus offensif, Edouard Morin se sacrifiant (carton jaune à l’ultime minute) pour priver les Floiracais de la prime qu’ils visaient depuis un moment. Les meilleurs ont gagné À la pause, les Xuriak étaient bien (3-3) mais s’étaient usés en plaquant comme des démons, avec vent favorable. Trop lourds pour eux, trop rapides aussi, les Floiracais firent comme ils voulurent avec le vent dans le dos, profitant des fautes de main et du manque de lucidité des frontaliers qui péchèrent en touche, en mêlée et dans la gestion du match.
Une chose demeure certaine, les meilleurs ont gagné, et si l’on peut adresser un amical reproche aux Hendayais, c’est d’avoir baissé les bras trop vite et d’avoir oublié à un moment donné leur agressivité en cours de route. À force de tamponner les gros, les arrières hendayais commirent des fautes de débutant, inhabituelles, et refirent des cadeaux à un adversaire qui n’en avait nul besoin. Quant à la chance, elle semble avoir déserté Ondarraitz définitivement. François Trasbot.

ILS ONT DIT : Corentin Esclafer TROISIÈME LIGNE D’HENDAYE « On s’est usés en première période. En plus on a joué à l’envers, attaquant lorsqu’il fallait gérer et n’y allant pas quand il y avait des opportunités. Nous avons rendu des ballons gagnés en touche. Sale journée. Le vent n’y est pour rien. » Pierre Julien 3 e LIGNE & CAPITAINE DE FLOIRAC « On a été bien devant, ce qui a facilité la tâche de nos arrières. On a été plutôt dominateurs. Les deux équipes ont commis des fautes. Le vent n’y est pour rien. Nous sommes de plus en plus qualifiables. »