Saison 2019-2020

projet 2019-2020


Former pour restructurer le club .
Nouveaux présidents, nouveaux entraîneurs : le Stade Hendayais fait peau neuve cette saison. Avec l’ambition de donner à la recette un fort goût local.
Désormais, ce n’est plus sur le terrain mais dans les coulisses que cette bande de copains va œuvrer. Même si le nouveau duo d’entraîneurs, Franck Lachaise et Christophe Sein, aura toujours accès au pré. De leur côté, les coprésidents : Jérôme Darrieussecq, Thierry Lachaise et Patrice Lafont, élus le 17 juin dernier, ont un souhait : remettre le Stade Hendayais au centre de la vie locale, tout en restructurant le club.
On m’a déjà posé la question : « Et si vous gagnez la montée sur le terrain ? » raconte Jérôme Darrieussecq. « Au cours des dix dernières années, on a commis l’erreur de monter deux fois en Fédérale1. Le club n’était pas prêt. Aujourd’hui, nous avons d’abord et surtout, besoin de rebâtir les fondations, depuis les micro-poussins. En attendant, essayons d’abord de bien figurer en Fédérale2 ».
L’objectif du quintet reste de décrocher son ticket pour les phases finales : « On ne peut pas dire à nos joueurs qu’on joue le maintien » lâche Franck Lachaise, qui certifie détenir une certaine philosophie de jeu : déplacement, jeu de mouvement, sans oublier les fondamentaux qui seront très importants. « Le championnat risque d’être compliqué » prévient l’ancien coach des Espoirs de l’Aviron.
Comme Mauléon
« On préfère posséder une formation moins costaude et que nos joueurs grâce à leur vaillance, leur intensité et leur intelligence de jeu, puissent contrer les gros packs » soutient son binôme Christophe Sein. Mauléon est un bel exemple. On aimerait tendre vers des équipes comme elle. À ce jour, l’effectif n’est pas encore définitif ; On compense les neuf départs avec l’accord de sept ou huit nouveaux joueurs. On souhaite mettre un accent sur la première ligne, notre point faible. Si l’arrivée d’un trois-quarts centre argentin semble actée, le duo est encore à la recherche d’un N°8.
Le staff compte également s’appuyer sur la formation. Ça tombe bien, les jeunes pousses hendayaises ont l’air plutôt motivées. Je leur fais entièrement confiance, sourit Franck Lachaise. Ils ont pris conscience de certaines choses et s’entraînent beaucoup. Ils ont envie de s’y filer et de se montrer.
« Nous voulons que le Stade Hendayais soit un club formateur, annonce Jérôme Darrieussecq. Le dernier cycle était très focalisé sur les seniors, du coup, c’était un peu le désert au niveau des jeunes. C’est pour cela que nous avons été pénalisés au niveau des cadets. Pour n’avoir pas pu aligner un groupe U16, la FFR a en effet, infligé une double sanction de cinq points et d’interdiction de disputer les phases finales de la compétition pour cette saison.
Union inédite avec Hernani
Pour ne pas rééditer pareil scénario, un projet d’entente a vu le jour avec Hernani : « la frontière ajoute quelques contraintes administratives, regrette Jérôme Darrieussecq. Les équipes seront constituées en début de saison et selon l’année de naissance, car les enfants (57 au total)) ne pourront pas changer d’une semaine sur l’autre. Ils seront obligés d’être licenciés soit côté espagnol, soit côté français ». Premier club de l’Hexagone à se lancer dans l’aventure d’une union transfrontalière, le Stade plonge un peu dans l’inconnu concède Patrice Lafont.
« Le projet est attractif mais on nous savonne bien la planche » observe Franck Lachaise. C’est une mission de longue haleine, le chantier est énorme » confirme Jérôme Darrieussecq. Il faut y aller tranquillement sans se relâcher ».
Chaque dirigeant, chaque joueur a une idée. On se demande s’il y aura assez d’entraînements et assez de matches pour pouvoir tout mettre en place. Nous voulons surtout éviter les mêmes erreurs que celles qui ont été commises par le passé » conclut Patrice Lafont.
Nicolas Gréno