Jean Prat : SH - SJLO

Des luziens hors d'atteinte SH 6 - 43 SJLO

Sans pitié pour le voisin
HENDAYE - ST-JEAN-DE-LUZ Les Luziens ont fait payer au prix fort la taxe l’apprentissage à leurs chers voisins hendayais, derniers avec 0 point. Ils prennent la tête, Oloron ayant été défait à Anglet
Hendaye . . . . . . . . . . . . . . . . ..6
Saint-Jean-de-Luz . . . . . . . . .43
Lieu Hendaye (stade Ondarraitz). Spectateurs 2 200 environ. Arbitre M. Vals (Pays catalan). Mi-temps 6-10.
Hendaye 2 pénalités de Bainçonau (15, 30).
L’équipe : Bainçonau – Morin, Azpeitia, Gallais, Henry – (o) Jimenez, (m) Alcalde – C. Pinon, Bétachet, Labéguerie – V. Pinon, Zubizarreta (cap) – Hiriart, S. Ibarburu, Dallery.
Entrés en jeu : Eceizabarrena, Neisen, Samora, Sallenave, Periat, Tejedor, Ortega, Destruhaut.
Cartons blancs : V. Pinon (23, 58), Gallais (48).
Saint-Jean-de-Luz 6 essais de pénalité (40, 48), Behoteguy (66, 80), David (58), Laffargue (74), 1 pénalité (3) et 3 transformations (66, 74, 80) de Daubas.
L’équipe : David – Etcheverrigaray, Pietrelli, Daubas, Bordagaray – (o) Fischer, (m) Alliot – Elissalde (cap), Soucaze, Juanicotena – Paillard, Sajous – Pénigaud, Broucaret, J. Martinez.
Entrés en jeu : Kwarazfelia, Hiriart-Urruty, Tescher, Goya, Laffargue, Dacosta, Behoteguy, Wagner-Ballon.
En dépit de la pluie qui s’invita avant le coup d’envoi, il y avait beaucoup de monde pour assister au derby de la Côte, et surtout beaucoup de Luziens venus en voisins, « nos chers voisins » déclara même « Nani », le speaker. Et ces mauvais camarades de montrer qu’ils étaient vraiment très chers en pulvérisant en mêlée les locaux affaiblis par de très nombreuses blessures, en passant 40 points à leurs hôtes et en décrochant leur troisième bonus offensif de la saison et par la même occasion la pole position… grâce à la nette victoire d’Anglet sur Oloron (lire page suivante). Du coup, il y aura match au sommet, dimanche prochain au Pavillon bleu où viendra l’AORC.
Baisse de régime
Hier, on crut durant 40 minutes que le Stade Hendayais avait une vraie chance de marquer ses premiers points dans ce championnat impitoyable pour les promus. Las, comme d’habitude, les Xuriak, très éprouvés en mêlée depuis le début et contraints
de défendre sans cesse, connurent une terrible baisse de régime au début du second acte, et cette fois ils durent subir jusqu’à la fin les entreprises luziennes jusque-là contrariées. Car durant toute la première période, la défense glissée des blancs fit déjouer les verts, qui, comme ils en ont coutume, cherchaient des solutions dans le jeu ouvert et ne tentaient pas les pénalités, la première exceptée.
« C’est un manque de respect de ne pas prendre les points », grommelaient les Hendayais, ignorant sans doute que les Luziens jouent à l’identique chaque dimanche. En l’occurrence, l’excellente défense d’Hendaye plus le ballon glissant firent un instant
douter la cavalerie corsaire. Mais pendant ce temps-là, Xabi Elissalde et ses copains du pack, Jérôme Martinez en tête, faisaient subir les pires tourments à leurs homologues.
Glu
Deux essais de pénalité vinrent sanctionnerle s reculades hendayaises, Yannick Vals n’ayant jamais raté par ailleurs l’occasion de punir les Luziens quand ils enclenchaient la poussée avant l’heure. Après ces 14 points conquis par leurs avants, les arrières au
maillot vert, qui s’étaient sans doute pourvus de glu durant la pause, jouèrent juste et empilèrent quatre essais sur le mode classique. Epuisés et un poil démoralisés, les locaux firent preuve d’un courage énorme, insuffisant quand les maestros trouvent le
bon tempo.
« Sur nos rares ballons gagnés, nous n’allions pas assez vite et je prenais un défenseur en pleine poire en même temps que le ballon », disait, fataliste, le demi d’ouverture Joannes Jimenez. De fait, un pack bousculé ne fournit que de mauvaises munitions, et les quelques cartouches hendayaisesé taient aussi humides que le
temps. Le pire pour les Xuriak, c’est qu’on ne peut pas écrire qu’ils ont été mauvais, ils étaient juste fatigués à force de remplacer les blessés qui forment une superbe équipe à l’infirmerie où ils sont 17 ! Car Stéphane Vial et Patxi Ezpeleta, un moment espérés,
avaient dû déclarer forfait in-extremis.
François Trasbot

Benjamin Alcalde DEMI DE MÊLÉE D’HENDAYE
« La même rengaine repasse en boucle. On est bien en première mi-temps et on s’effondre à la reprise. Pourtant on y croit, on a un super groupe mais les blessures nous usent. À la pause, on se disait qu’on allait y arriver enfin, on avait trouvé la
bonne clef en défense, mais on a encore connu un trou noir. Il n’est pas possible que notre bon rugby ne paye pas un jour. »

Éric Balhadère ENTRAÎNEUR DE SAINT-JEAN-DE-LUZ
« Les consignes ont été respectées, l’adversaire et le travail aussi. C’est pour cela que nous avons gagné. Il fallait insister sur les fondamentaux, sur le combat, ce qui a été fait en dépit de l’excellence de la défense hendayaise. C’était un match très intéressant. Il faut se remettre au boulot tout de suite pour le nouveau derby, dimanche, avec la réception d’Anglet. »