Jean Prat : SH - AORC

Dur ! Dur ! SH 13-25 AORC

Photos à venir

Anglet grâce à ses ailes

HENDAYE - ANGLET Les Angloys créent la sensation à Hendaye en s’imposant avec le bonus, à l’issue d’un match sans saveur
Hendaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
Anglet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
Lieu Hendaye (stade Ondarraitz). Spectateurs 900. Arbitre M. Frayssinet. Mi-temps : 6-20.
Hendaye 1 essai collectif (73e), 1 transformation Bainçonau ; 2 pénalités Bainçonau (6e, 20e)
L’équipe : Bainçonau - Etcheverry, Gaillardet, Azpeitia, Sallaber - (o) Jimenez, (m) Lopez-Herrero - Labéguerie, Bétachet, C. Pinon - Zubizarreta (cap), V. Pinon -
B. Hiriart, Ezpeleta, Dallery.
Entrés en jeu : Ortega, Destruhaut, Sanchez, Samora, Sallenave, Eceizabarrena.

Anglet 4 essais Pinto (11e, 67e), Br. Hiriart (28e, 31e) ; 1 transformation Ferré (11e) ; 1 pénalité Ferré (3e).
L’équipe : Chouzenoux - Br. Hiriart, F. Dartigues, Achigar, Pinto - (o) Ferré, (m) Etchepare - Cazaux, Tafernaberry, Biscay (cap) - Drogon, J. Dartigues - Lapeyrade,
Berho, Larribe.

On ignore si c’est sous l’influence de l’industrie aéronautique qui fleurit à Anglet depuis des décennies, mais c’est par ses ailes que l’AORC a obtenu une victoire bonifiée et méritée sur la pelouse d’Hendaye, à l’issue d’un match inodore et sans saveur, ennuyeux même en seconde période.
Le capitaine angloy admettait la critique après coup, mais relativisait : « C’est vrai que le match a été très mauvais et que nous l’avons endormi après la pause. Mais quand on a le bonus offensif en poche à l’extérieur, on a le droit de laisser venir ! »
Bien que face aux rafales de vent, Anglet construisit en effet son succès lors du premier acte. Avec beaucoup de simplicité, un grand classicisme, un jeu bien construit et bien abouti par trois essais d’ailiers (Pinto et Hiriart), du beau travail sans égarer le ballon en route. Même si le second essai (première réalisation de Bruno Hiriart) parut un tantinet litigieux.
Tout allait mal pour Hendaye, qui perdait dans la foulée Mika Lopez-Herrero (clavicule cassée) et Clément Sallaber (croisés du genou), après avoir déjà dû enregistrer le forfait de Thibault Ducoté, claqué à l’échauffement.
« On se croirait à un match pro »
Changement de décor après la pause, où, en dépit d’un quatrième essai d’ailier d’Anglet (Pinto encore), et d’un soubresaut hendayais (groupé pénétrant victorieux), on s’ennuya ferme dans les tribunes, certains spectateurs lâchant l’insulte suprême :
« On se croirait à un match pro. » Au bout du compte, Hendaye se rebella… bien trop tard et de façon trop désordonnée, incapable de mener à bien plusieurs pénalités favorables près de la ligne adverse.
« La saison risque de nous sembler bien longue », commenta à la sortie le blessé Battit Chaudière, qui espère reprendre… dans quelques semaines.
Sachant que Stéphane Vial est, lui aussi, blessé pour une durée indéterminée, que Thibault Ducoté, Clément Sallaber et Mika Lopez-Herrero sont arrêtés pour longtemps,
on se demande quelle formation les Xuriak pourront aligner à Cognac, dimanche prochain. D’autant plus que Jérôme Bainçonau et Jon Azpeitia ne seront pas du voyage pour raisons familiales.
Anglet, en revanche, respire mieux. Après la déconvenue enregistrée lors de la journée inaugurale (match nul à domicile face au Bassin d’Arcachon), les points perdus sont aujourd’hui rattrapés. Exempts dimanche prochain, les Bleus ont quinze jours pour soigner quelques bobos et repartir de l’avant.
François Trasbot

Rémi Gaillardet
CENTRE D’HENDAYE
« Ce fut long triste et compliqué. Il y a des jours comme ça où rien ne marche. Nous n’avons jamais pu déplacer le jeu comme nous savons le faire. Anglet n’a pas été très bon non plus mais prend les points. Ça fait voir la vie autrement. »

Maxime Berho
TALONNEUR D’ANGLET
« Quand on peut livrer des ballons propres à la cavalerie, elle sait les exploiter en usant de recettes simples. Contre le bassin d’Arcachon, il n’y avait eu ni les ballons ni le jeu pour nous. Cette fois, avec des munitions, on inscrit quatre essais d’ailiers, ça prouve au moins qu’on sait jouer et amener le ballon au bout »