Equipe I : SH - FCL

Des éclairs hendayais SH 18-6 FCL

Dans des conditions épouvantables, les Xuriak ont tenté d’apporter un peu
de lumière, hier, mais ont raté le bonus. Ils restent leaders avec dix points d’avance sur Mauléon (2e)
Hendaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
Lourdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6
Lieu Hendaye (stade Ondarraitz). Spectateurs 800. Arbitre M. Dayre (Côte d’Argent).
Mi-temps 3-3.
Hendaye 2 essais de pénalité(44e), Cazet (54e) ; 1 transformation de Bainçonau(44e) ;
2 pénalités de Bainçonau (1e, 57e).
L’équipe : Bainçonau - Danjou, Gaillardet, Jaubert, Sallaber - (o) Jimenez, (m) Laurent
(cap) - C. Pinon, Bétachet, Sallenave - Vial, V. Pinon - Eceizabarrena, Azpiroz, Larribe.
Entrés en jeu : S. et A. Ibarburu, Cazet, Dedouit, Labarthe, Macicior, Mondela.
Carton blanc : Jimenez (22e). Carton jaune : Vial (42e).
Lourdes 2 pénalités de Montoro (25e, 50e).
L’équipe : Tarlat - Preux, Ebel, Brua (cap), Daleac - (o) Montoro, (m) Dulac - Nicolau, Rojo, Ramonjean - Dupont, Herda - Dacosta, Sassus, Reyes.
Entrés en jeu : Boya, Jordan, Savet, Boyer, Fages, Lacassagne, Campet.
Cartons jaunes : Dupont (20e), Reyes (42e).
Temple du rugby ensoleillé près de l’emblématique grande plage d’Hendaye, le stade Ondarraitz dégageait hier des effluves lugubres, rappelant davantage l’enterrement du comte d’Orgaz que les fêtes de Mauléon (où se rendent les Hendayais dimanche prochain). Pluie, vent glacial, pelouse-patinoire, arbitre « à l’ouest », même les joueurs avaient froid, alors imaginez le degré de stoïcisme des quelque 800 spectateurs immobiles !
Ajoutez à cela la vision du grand FC Lourdes, naguère au firmament avec les frères Prat et Martine, et qui se trouve au bord du gouffre, sur la pente savonneuse qui mène à la Fédérale 3, et qui risque fort de continuer à chuter s’il ne retrouve pas un embryon de rugby. Car hier, les rouge et bleu donnèrent le triste spectacle d’une équipe à la dérive, encore plus triste que lors de son dernier match de 2016, lorsqu’elle fut proprement corrigée par le BTS à Piquessary.
Âpre combat
Leader national de la division, le Stade Hendayais eut toutes les peines du monde à éclairer ce sombre après-midi, mais y parvint parfois grâce à Cazet, Eceizabarrena, Sallaber, Bainçonau ou Jaubert. Des éclairs dans une épaisse grisaille bien arrosée, et une multitude d’offensives avortées : fautes de main, erreurs d’appréciation, etc. On eut même droit à une petite bagarre à l’ancienne au début du deuxième acte, que l’arbitre réprima paternellement de deux cartons jaunes.
Si Julien Cazet inscrivit « son » essai habituel après une touche aux cinq mètres, scellant la victoire des siens, on s’attardera sur les deux plus beaux mouvements hendayais qui connurent un dénouement bizarre.
À la 44e minute, une combinaison Bainçonau-Sallaber mettait Tim Jaubert sur orbite, et un Lourdais fauchait l’Hendayais sans ballon à la désespéré : essai de pénalité. Vingt minutes plus tard, même scénario, mêmes acteurs, et, cette fois, Jaubert était parti pour marquer. C’est beau, c’est parfait mais Tim Jaubert oublie simplement d’aplatir. Adieu le bonus offensif entrevu ! Sous une forte averse, les cinq dernières
minutes ne seront qu’un combat âpre, inutile et vain. Pour couronner le tout, Lourdes repart avec deux blessés sérieux : Herda et Ramonjean. Sombre dimanche…
François Trasbot
S-O du 16-01-2017
Julien Cazet
TALONNEUR D’HENDAYE
« Je marque un essai sur une touche près de la ligne, un exercice répété. Pour le reste, les circonstances ont fait que nous avons raté un maximum d’occasions, alors que nous avons beaucoup entrepris. On rate le bonus mais le réel objectif était la victoire. Il est atteint.