Equipe I : SJLO - SH

Bonus défensif mérité SJLO 21-16 SH

Du panache et un brouillon
SAINT-JEAN-DE-LUZ - HENDAYE Les Luziens ont pris leur revanche sur leurs
voisins de la côte au terme d’un match toujours indécis mais de piètre qualité
Saint-Jean-de-Luz 21
Hendaye 16
LIEU Saint-Jean-de-Luz (Pavillon bleu). SPECTATEURS 2 500.
ARBITRE M.Lasnaveres (Armagnac-Bigorre). MI-TEMPS 16-6.
SAINT-JEAN-DE-LUZ 2 essais Hiriart-Urruty (19e), Miura (57e) ; 1 transformation (19e), et 3 pénalités J. Iturriria (10e, 13e, 40e).
L’équipe J. Iturriria - Miura, Ducoté, Irazoqui, Bordagaray - (o) X. Iturriria, (m) Alliot - Juanicotena, Soucaze, Elissalde - Elgoyhen (cap), Valdes - Dupont, Hiriart-Urruty, Etcheverry.
Entrés en jeu : Ibarburu, Tescher, Paillard, Goya, Castet, Deliart, Lopez-Herrero.
Carton blanc Xabi Iturriria (32e).
HENDAYE 1 essai Berho (52e) ; 1 transformation Bainçonau ; 1 drop Jimenez (4e) ; 2 pénalités (30e, 64e) Bainçonau.
L’équipe Bainçonau - Jaubert, Azpeitia, Gaillardet, Sallaber - (o) Jimenez, (m) Laurent (cap) - Le Calvez, Garayar, Labéguerie – Vial, Sallenave - Imaz, Berho, Larribe.
Entrés en jeu : Dudicourt, Hiriart, Moulay, Ezpeleta, Danjou, Mahé, L. Mondela.
Cartons blancs Sallenave (38e), Vial (67e).

Très tendus pendant les arrêts de jeu, Damien Elgoyhen et Jon Iturriria pièces maîtresses de l’édifice luzien, livraient la même analyse en rentrant au vestiaire. « Un
derby ça se gagne, point. N’empêche qu’on n’a pas rendu une copie propre, plutôt un brouillon. » Les très nombreux spectateurs qui garnissaient le Pavillon bleu pensaient exactement la même chose : le SJLO, qui semblait plus fort, était dominé territorialement et accumulait les mauvais choix. Les Hendayais devaient se limiter à dérégler, souvent avec bonheur, la belle mécanique luzienne.
La journée commençait par une bien mauvaise nouvelle : le 3e ligne hendayais Hervé Labarthe était forfait car il venait de perdre sa mère. Les Xuriak appelaient donc Sylvain Moulay pour compléter la feuille de match. Un forfait de plus mais ils choisissaient de batailler pour l’honneur de leur copain meurtri. On s’attendait
donc à voir les avants blancs souffrir, ce qui arrivait sur les groupés pénétrants et les mêlées. Mais Vial et ses copains se battaient avec un tel courage qu’ils parvenaient à
faire déjouer leur puissant voisin, surtout en touche. Et n’oublions pas que les anciens luziens, devenus hendayais, connaissent le Pavillon bleu. C’est presque naturellement
que Jimenez claquait un drop d’entrée, à la première incursion des blancs dans le camp vert (0-3, 4e).
Hendaye arrache le bonus
Par la suite, les tortues ravageuses de l’Olympique mettaient les visiteurs au supplice. Iturriria faisait payer au score les fautes hendayaises (6-3, 13e) et Hiriart-Urruty concluait un maul par un essai (13-3, 19e). À la pause, les verts avaient pris une petite option sur la revanche. Dès la reprise, ils se faisaient surprendre par le talonneur hendayais Berho qui pointait un superbe essai en coin, alors que l’arbitre avait omis de sanctionner un plaquage tardif mais nullement méchant de Labéguerie sur Iturriria (16-
13, 52e). Après avoir cru tuer le match par un essai d’école de Miura (21-13,57e), les Luziens multipliaient les bévues et les mauvais choix, jouant des pénalités à la main dans leur camp alors qu’il était urgent de dégager, assurant mal les gestes techniques.
De leur côté, les Hendayais, toujours héroïques, versaient eux aussi dans l’indiscipline et récoltaient sans dommage un carton blanc, alors que leur buteur Bainçonau les avait
remis dans le match au prix d’une pénalité « billard sur les poteaux » (21-16, 64e) pour arracher le bonus. Superbe journée dans l’esprit, mais pour le jeu il faudra repasser.
François Trasbot
S-O du 21-03-2016

LES VESTIAIRES DU DERBY
Stépahane Vial Deuxième ligne d’Hendaye
« Nous avons été valeureux mais nous avons perdu, c’est ce que retiendra l’histoire. Je rêvais de gagner au Pavillon bleu, sous le maillot hendayais, ce sera pour une autre fois. Néanmoins, nous pouvons garder la tête haute, nous avons bien contrarié le SJLO, ceux qui pensaient qu’on prendrait une rouste en sont pour leurs frais.

Serge Milhas Entraîneur de Saint-Jean-de-Luz
« On ne méritait pas de gagner. La coupure imposée par les reports de matchs nous a fait très mal, ça fait deux week-ends où nous sommes mauvais. Il est urgent de retrouver notre rugby.