Convention SH-RC IRUN

Signature des accords
SH - RC IRUN

Le ballon ovale franchit la Bidassoa

RUGBY La première école de rugby transfrontalière a été créée pour susciter des vocations et promouvoir ce sport chez les jeunes de Txingudi, y compris à Irun où le football est roi

Une simple signature apposée au bas d’une convention, dimanche 23 novembre à
11 heures, a officialisé la création de la Txingudi Rugby Eskola. La présence du maire d’Hendaye, Kotte Ecenarro, de Pedro Alegre, adjoint aux sports à la mairie d’Irun, et de Txomin Sagarzazu, élu de Fontarrabie et membre du comité de direction du Consorcio, a donné toute son ampleur à l’événement.
La Txingudi Rugby Eskola permet aux jeunes des trois villes de découvrir, pratiquer le rugby et de susciter des vocations. Cette première école transfrontalière a été mise en
place avec le soutien du Consorcio et des trois communes du bassin de la Bidassoa.
Le président du Stade Hendayais, Jean-Pierre Beaucoueste, et son homologue du club d’Irun, Iñaki Alberdi, ont expliqué la genèse et les raisons de ce mariage déjà consommé. En effet, la collaboration entre le rugby club d’Irun et le Stade Hendayais
ne date pas d’aujourd’hui. Des Hendayais sont déjà entraînés sur les pelouses de Plaiundi et, à l’inverse, des joueurs du club d’Irun viennent à Ondarraitz.
Txingudi, creuset d’espoirs
Jean-Pierre Beaucoueste a posé le problème. « Autrefois, les jeunes Hendayais pratiquaient spontanément le rugby, puis, au fil des années, d’autres sports les ont tentés. Dès que nous avions de bons éléments, ils partaient dans des clubs professionnels. Nous avons eu ces dernières années des problèmes d’effectifs. Il fallait donc attirer les jeunes en profitant de la spécificité hendayaise, celle d’être transfrontalière. »
Parallèlement, de l’autre côté de la Bidassoa, la culture rugby n’existe pas. Le club d’Irun avait le même problème quant aux effectifs et « pourtant nous avons la même histoire. Sans la Bidassoa, nos quartiers se toucheraient ».
Les deux clubs ont donc cherché des solutions communes et le projet Txingudi Rugby Eskola a jailli, soutenu par le Consorcio et les trois communes qui, ensemble, forment
une population de 100 000 habitants : un beau creuset de petits rugbymen, sauf que sur une des rives, il faut dédramatiser le rugby, le ballon rond restant roi.
Le rugby en trois langues
Pour cette année scolaire, la Txingudi Rugby Eskola organise des cycles de rugby dans les écoles des trois communes. Les clubs mettent à disposition leurs éducateurs pour encadrer les ateliers de rugby, sous la houlette d’Alexandre Yriarte, responsable
de la formation et de l’école de rugby du Stade Hendayais. Ils donneront des cours d’initiation, dans les trois langues (basque, français, espagnol). « Le but est de leur apprendre les règles fondamentales du rugby. » Quant à envisager une seule et même équipe Txingudi, Jean-Pierre Beaucouesteest sceptique. « Nous ne franchirons
pas ce pas. Nous souhaitons rester des clubs amateurs et formateurs, même si le Comité nous a beaucoup aidé dans la paperasserie, vis-à-vis de la fédération, les jeunesd’Outre -Bidassoa restent des étrangers. » ; La frontière est encore là, mais le
maire d’Hendaye, Kotte Ecenarro, a résumé l’objectif de cette Txingudi Rugby Eskola : Elle a été créée dans l’intérêt des enfants pour leurt ransmettre la même passion, les
mêmes valeurs ». Dans la foulée, les trois communes envisagent le retour en force du beach rugby sur les plages d’Hendaye et de Fontarrabie, « en attendant qu’Irun ait sa
plage ».

Journal S-O du 24-11-2014