Equipe I Hendaye - Aramits

Quel manque de réalisme ! SH 24 - 7 Aramits

Le Stade perd un point
Hendaye - Aramits : les locaux n’ont pas réussi à empocher le point de bonus offensif.

Lorsque l’arbitre M. Desbets sifflait la fin du match, les hendayais n’avaient d’autres mots que quelques gestes d’énervements pour évacuer leur frustration. La raison de cette insatisfaction ? Les Xuriak ont commis trop de maladresses qui ont fini par offrir une bouillie offensive aux supporters d’Ondarraitz.
Tout avait pourtant bien commencé. Après seulement trois minutes de jeu, le deuxième ligne, Vial, marquait le premier essai hendayais. Aramits n’avait pas encore touché le ballon mais répondait dans la foulée par un groupé pénétrant qui leur permettait d’égaliser (6e). Supérieur dans l’impact, les Hendayais repartaient de l’avant. Mais déjà les maladresses commencaient à perturber la machine comme sur deux beaux mouvements gâchés par autant d’en-avants (10e et 12e).
Gaillardet parvenait tout de même à plonger dans l’en-but après une belle prise d’intervalle de l’ailier Sallaber venu dans la ligne (14e). Puis c’était au tour de Puléoto de balayer trois adversaires à cinq mètres de la ligne pour le troisième essai des Xuriak (35e).Entre ces deux réalisations, les locaux auront fait tomber huit ballons pour autant d’actions avortées.
En seconde période, aux en-avants (sept de plus), s’ajoutaient les mauvais choix d’une charnière déboussolée. Hendaye évolua vingt minutes en supériorité numérique et plus de trente cinq minutes dans le camp d’Aramits sans arriver à marquer ce quatrième essai, synonyme de bonus offensif. Suffisant pour entrer aux vestiaires avec la tête des mauvais jours.

Marc Dufrêche
SO du 22/09

IL A DIT (Battitt Chaudière - arrière d’Hendaye)
On est à plus deux essais à la mi-temps et on se doit d’aller prendre ce bonus offensif. On est tombé dans un faux rythme après une bonne entame. On a fait beaucoup d’erreurs, de faute de main, on a lâché les ballons. Il faisait très chaud, la sueur a rendu le ballon glissant. Mais ça n’aurait pas dû être une excuse.