Equipe I Hendaye - Périgueux

SH 17 - 31 CAPD

Si le CAP n’a pas levé tous ses doutes, dimanche en s’imposant au Pays basque (17-31), il s’est au moins un peu rassuré, s’éloignant par la même occasion de la zone rouge. Ce qui était son objectif. Déjà ça de pris avant de viser plus haut.

Les Hendayais en revanche ont encore raté le coche, en dépit d’une première période tout à fait aboutie, contre le vent en prime. Mais une fois encore, la lanterne rouge a péché par manque d’efficacité et par inexpérience, alors qu’ils semblaient avoir les bonnes cartes pour gagner la partie.

D’emblée, on vit la mêlée blanche châtier sa rivale, les Périgourdins à la faute et l’espoir dans le camp local. Las, alors qu’ils semblaient tenir les clefs du match, les Hendayais ratèrent des coups de pied de pénalité assez faciles, et même le poteau fit échec à leur buteur. Idem dans le jeu déployé, où les vagues d’assaut locales se brisaient sur le hérisson périgourdin. Et pour couronner le tout, la seule attaque périgourdine élaborée lors du premier acte aboutit à un essai de l’infernal Pierre Lafitte, l’ailier qui n’en rate jamais un. Ajoutez à cela une pénalité concédée juste avant la pause, et les Basques achevaient menés au score (12-16) un premier acte qu’ils avaient dominé.

Spies saisit l’occasion

De fait, les Xuriak allaient vivre une seconde période difficile, au cours de laquelle le professionnalisme des visiteurs fit la différence. Avec pour commencer une reprise en mains de la mêlée, ce qui n’est jamais bon pour le moral de l’adversaire. Puis un essai d’école sur une attaque d’un pur classicisme avec une touche conquise au départ et une jolie combinaison des trois quarts à l’arrivée.

Et pour finir un essai « casquette » à l’heure de jeu, où un lancer en touche raté de Périgueux vit le ballon finalement ramassé par Frikkie Spies, qui s’en alla aplatir au beau milieu d’un colossal désordre. Entre-temps, Joffrey Tallet avait meublé le score face au vent, à la différence des Hendayais. Lesquels oublièrent de profiter du vent après le repos pour propulser le ballon chez l’adversaire.

On connaît le Stade Hendayais, il se bat toujours jusqu’au bout, et l’essai de Discazeaux à quatre minutes du terme vint justement priver Périgueux du bonus offensif. Sans apporter le moindre point à ses couleurs. Les Périgourdins, eux, ne montrèrent nulle frustration, trop contents qu’ils étaient de ramener quatre points à la maison en ayant retrouvé un peu de leur rugby. Outre une bonne opération dans la course au maintien, le CAP se replace aussi pour la qualification avant de recevoir Lavaur samedi.

SO du 13 janvier