Equipe I Hendaye - Montauban

Pas de quoi rougir ! SH 20 - 52 Montauban

Ça allait trop vite
Exemplaires dans le combat, les locaux ont cédé hier devant la rapidité et le réalisme du leader de leur poule. Un monde les sépare.

Deux mondes se rencontraient hier à Ondarraitz. D’un côté, des Hendayais à la recherche du moindre point pour assurer leur maintien et intraitables sur les fondamentaux, de l’autre Montauban qui se déplace avec trois cars de supporters, fanfares et bannières vantant le vert et noir, venu chercher un succès de plus sur sa trajectoire programmée vers la Pro D 2.

Hendaye fut excellent dans le combat et prit au final 50 points, ce qui pousse à s’interroger. L’entraîneur frontalier Yannick Lamour, beau joueur, félicitait ses hommes et remarquait : « On se bat bien, on prend sept coups de couteau, sept essais parfaitement amenés par une équipe professionnelle qui va beaucoup plus vite que nous et sait se replacer d’une façon magique ».

En fait, Montauban construisit sa victoire en 40 minutes, les vingt dernières du premier acte, les vingt premières du second. Il resta donc autant de temps aux locaux pour marquer des points, mais ce que fait Montauban avec un anodin ballon capté en touche est plus efficace qu’un quart d’heure de domination basque.

D’emblée, Hendaye surnagea donc en châtiant les visiteurs en mêlée, permettant à Le Gall de faire admirer son coup de botte de 50 mètres, 55 mètres, 22 en coin, etc. Et soudain la cavalerie verte se mit en route. En un éclair, les essais s’accumulèrent, toujours avec la touche comme rampe de lancement, l’accélération des centres et la pointe de vitesse des ailiers (cinq essais à eux deux).

Un tel gouffre

Dès la reprise, les Tarn-et-Garonnais remirent la pression, deux accélérations, deux essais en deux minutes, dont l’un du Mauléonais Tafernaberry, le tableau affichait 52 pour les visiteurs. Loin de baisser les bras, Zubizarreta et les siens pilonnèrent la ligne verte pendant les 20 dernières minutes. Avec pour tout butin un essai de Nieucel à la dernière minute.

Au final, l’addition est lourde. Mais il existe un tel gouffre entre les deux clubs que le score n’a que peu d’intérêt. Sauf pour les Montalbanais qui étaient venus là pour gagner, si possible, avec bonus. L’entraîneur Philippe Mothe le reconnaissait après coup : « Je mentirais en disant qu’on n’était pas venus pour gagner. Nous avons bien attaqué mais nous avons été absents au début et à la fin. » Un absentéisme qui n’a pas coûté très cher à l’entreprise…
Journal S-O du 14-10


Les Sapiacains sans concession

rugby. Fédérale 1. Le dernier de la poule n’a pas résisté bien longtemps face au leader qui assure magistralement sa première place nationale après cinq matchs.

Langon ayant battu la veille au soir Périgueux (12 à 8), les Sapiacains savaient avant le coup d’envoi qu’ils devaient s’imposer pour garder la première place de leur poule et mieux encore s’emparer de la première place nationale compte tenu des défaites conjuguées de Massy et Aix-en-Provence. L’occasion était bien belle. Restait toutefois à trouver les solutions et les armes pour s’imposer sur la pelouse d’un club mal classé et présentant un besoin impérieux de points pour rester dans la course au maintien. Première constatation, la tribune d’Hendaye était copieusement garnie de supporters sapiacains au moins aussi nombreux que ceux du club local. Sur le coup d’envoi les coéquipiers d’Anthony Biscay récupèrent le ballon et se montrent vite dangereux comme pour montrer qu’il n’y aurait pas de quart d’heure d’observation. L’une des forces d’Hendaye est la qualité de son buteur Julien Le Gall qui débute par passer une pénalité des 55 mètres suivie d’une deuxième de 50 mètres. Adrien Laplace lui répondait immédiatement. Que dire de la première initiative de Florent Cazeaux en « vert et noir », il allait traverser le terrain en contre-pied et accélération pour servir à 5 mètres de la ligne César Delarue lancé comme un « obus » pour le premier essai du match. Avec l’ancien biarrot Puleotto (140 kg) en deuxième ligne la mêlée locale montrait son savoir-faire. Lorsque Florent Cazeaux toucha son deuxième ballon, il n’eut besoin de personne pour parcourir les 80 mètres et inscrire le deuxième essai des siens. Lors du troisième essai de la première période Taleta Tupuola offrit un caviar à Yan Ruel-Gallay qui allait se faire seul le quatrième avant que Charly Platek ne fasse parler sa classe sur le cinquième. Et comme Adrien Laplace y allait de son sans-faute au pied c’était un 38 à 15 sans discussion à la pause.
La machine était en route

Les « verts et noir » vont utiliser la deuxième période pour finir de montrer leur supériorité sur une équipe de fond de classement qui a toutefois montré de belles choses avec la classe de son buteur Julien Le Gall et la puissance de sa mêlée qui pourra en faire souffrir d’autres dans d’autres conditions, parce qu’hier après-midi, les attaques visiteuses allaient beaucoup trop vite pour ne pas faire des dégâts irrémédiables dans les rangs locaux.

Après cette victoire retentissante, les coéquipiers d’Anthony Biscay vont devoir se reconcentrer pour recevoir samedi, à Sapiac, Lavaur. Rien n’est encore gagné.

HENDAYE 20 - 52 MONTAUBAN

A Hendaye (parc des sports). Arbitres : M. Loïc Frayssinet (Comité de Cote-d’Argent) assisté de MM. Nicolas Pons et Sébastien Garat (Comité de Cote Basque-Landes).

M-T : 15-38.

USM : 7 E Delarue (6), Cazeaux (24), Ruel-Gallay (31, 37, 55), Platek (38), Tafernaberry (53) ; 1 P (5) et 7 T (6, 24, 31, 37, 38, 53, 55) Laplace.

HENDAYE : 1 E Nieucel (78) ; 5 P Le Gall (3, 10, 14, 21, 30).

HENDAYE. A.Mondela ; Sallaber (Yachvili, 65), L.Mondela (Gaillardet, 48), Nieucel, Beaucoueste ; (o) Istèque (Discazeaux, 40), (m) Le Gall ; Labarthe, Zubizarreta (cap), Benitez (Labeguerie, 51) ; Dejean, Puleotto (Couriol, 68) ; Giorgadze (Hiriart, 57), Courade-Bontemps (Cazet, 51), Legras (Ibarburu, 51).

UNION SPORTIVE MONTALBANAISE. Cazeaux (Tafernaberry, 51) ; Platek, Mariner (Dunlop, 76), Tupuola, Ruel-Gallay ; (o) Laplace, (m) Urruty (Byrnes, 52) ; Biscay (cap), Boukanoucha (Vaotoa, 52), Teulier ; Delarue, Sergueev (Mazet, 40) ; Mika (Make, 40), Ladhuie (Porte, 52 puis Ladhuie, 74), Tekassala (Philippart, 48).

Nationale B. Hendaye-Union sportive montalbanaise : 6-23.
« On a acquis l’objectif intermédiaire d’être premier national »

Adrien Laplace (ouvreur) : « On s’est fait collectivement plaisir après avoir mis 20 minutes à entrer dans le match. Une erreur qu’il va falloir corriger pour le prochain match. Lorsqu’on parvient à jouer, on se crée des ouvertures payantes. Pour moi, c’était aujourd’hui un match avec. Il ne faut pas s’arrêter là-dessus ».

Charly Platek (ailier) : « On a joué sur leurs faiblesses après que nos avants aient fait le travail. C’est pour cela que l’on est souvent passé derrière. On a été bien dans l’utilisation des ballons et par le fait que l’on a marqué beaucoup d’essais et que l’on conforte notre première place nationale ».

Florent Cazeaux (arrière) : « J’avais envie comme tous les autres de faire un beau match. Nous avions pour objectif de gagner si possible avec le bonus. De grandes équipes ont perdu et on prend la première place nationale. Samedi, pas de droit à l’erreur en recevant Lavaur ».

Thierry Eychenne (président) : « Un beau match de rugby servi par deux équipes qui n’ont pas fermé le jeu. Que demander de plus que de gagner à l’extérieur en inscrivant 52 points et en marquant 7 essais. Rien ! »

Max Lafargue (président) : « Un dimanche de plus invaincu et un dimanche de moins pour aller jusqu’au bout. Le contrat est rempli au sein d’un Pays Basque accueillant sous le soleil. Il fallait être sérieux pour arriver à ce résultat. Il faudra confirmer ce résultat ».

Xavier Péméja (entraîneur, photo) : « Je suis content du déroulement de ce match. Dans notre objectif de montée, on a acquis l’objectif intermédiaire de premier national. Les joueurs l’ont fait. Il va falloir savoir le conserver. Le lendemain est toujours plus dur. C’est très bien pour ce soir ».

Daniel Bory (président) : « Hendaye a joué avec courage avant que l’on fasse la différence. C’est un résultat normal entre une équipe professionnelle et une formation totalement amateur. Je retiendrais que ce soir nous sommes premiers invaincues et premiers nationaux ».
Rémi-Constant Belrepayre

Journal La Dépêche du 14-10