Equipe I Hendaye - Langon

SH 15 - 26 Langon

Douloureux bizutage !

Vaillant mais inexpérimenté, le promu a été privé de points par des langonnais plus matures.
Lorsqu’à cinq minutes de la fin, Alexandre Lauseille inscrit le second essai langonnais, il fit la fortune de son club et la ruine du Stade Hendayais, qui voyait brusquement s’envoler tout espoir de victoire, et même le point consolateur du bonus défensif.
C’était cruel pour les Xuriak qui avaient jusque là fait jeu égal avec leurs visiteurs, rompus aux joutes de la Fédérale 1 depuis des années. Mais à ce niveau, toutes les erreurs se paient comptant, comme le reconnaissait après coup Yannick Lamour. Et des erreurs, Hendaye en a trop commis pour mater des Girondins madrés, matures, et plus disciplinés. Car l’arbitre, Christine Bigaran, qui n’usurpe pas son label dans l’élite amateur, voit tout et siffle tout.

Rageant
Ainsi les avants hendayais devront ils réviser d’urgence leurs cours de mêlée, car ils furent mystifiés et très pénalisés dans ce secteur. A force de rendre le ballon, on finit par laisser le champ libre à l’adversaire et à son buteur. Julien Lavie, l’ouvreur langonnais, rate rarement la cible, et hier encore, même en moyenne réussite, il transforma en points sonnants et trébuchants les peccadilles basques.
Car au delà de ces péchés véniels, les Hendayais peuvent aussi battre leur coulpe sur le premier essai langonnais. La première des rares attaques au large des visiteurs fit mouche, les locaux ayant mal apprécié la course de l’arrière Adrien Pampouille arrivé à toute allure pour compléter sa ligne d’attaque.
Après ce coup du sort, la botte de Xantxo Isteque maintint le navire basque à flot ... jusqu’à ce que Lauseille ne transforme en or un ballon travaillé par son pack.
Hendaye avait laissé passer le train entre la 49e et la 60e dans une période de supériorité numérique avec le vent dans le dos. Cruel bizutage, mais si la leçon est retenue, il pourra s’avérer utile pour la suite.
François Trabot (Sud-Ouest du 09/09)

Ils ont dit :
Yannick LAMOUR : "A ce niveau, chaque erreur se paye cash, et certains l’ont découvert aujourd’hui. Mon regret est que nous n’ayons pas su concrétiser pendant nos temps forts, comme en début de seconde période. Nous avons commis de petites fautes, mais trop ! On sait maintenant à quel point les détails sont importants. Car fondamentalement, Langon ne nous a pas été supérieur et n’a pas montré grand chose. On retiendra les leçons de ce match perdu ..."

Mathieu Moges (troisième ligne de Langon) : "Nous appréhendions ce match, nous l’avons abordé avec humilité, méfiance et total respect de l’adversaire. Au final, cette attitude nous a permis de réaliser un bon résultat et d’empocher une victoire méritée".