Equipe II Hendaye - Argeles s/Mer

SH 25 - 27 ESC Fierté et déception

Lettre ouverte aux Joueurs et Educateurs de l’équipe fédérale B du Stade Hendayais.
Par Christian DAROCHA

Ce dimanche 21 avril 2013, restera un de ces moments exceptionnels que nous réserve parfois notre humble existence et plus particulièrement notre monde du Rugby.
Face à vous, dans le stade communal de Le Fousseret, en Midi Pyrénées, des Catalans surdimensionnés, à l’allure conquérante et hurlant leur supériorité durant l’échauffement, à l’image de ces troupes de choc prêtes à en découdre et à terrasser l’ennemi. Normal pour des citoyens d’Argelès dont la mythologie nous dit que cette citée fut fondée par Hercule.
De votre côté, déjà dans le match, vous répétiez tranquillement vos gammes, sans vous soucier de l’ogre rugissant. J’ai même entendu votre exemplaire capitaine vous dire qu’ils étaient certainement meilleurs que vous, mais que fidèles à votre éthique et par-dessus tout au maillot et donc au club, il n’était pas question de s’en laisser compter, se rassurant ainsi quant à un avenir aussi inquiétant que proche.
Une photo d’équipe tant que nous étions tous entiers et en vie, et face au vent, engagement de la rencontre.
Et là, alors là, là ! La Catalogne aussi dignement représentée a vu fondre sur elle une horde de gamins Basques déchaînés, implacables, la mettant cul par-dessus tête sans lui laisser le temps de réaliser quelle était l’origine de cette tornade qui lui tombait dessus. Les impressionnants guerriers d’Argelès sur Mer, donc descendants d’Hercule, prenaient l’eau et se trouvaient du coup en dessous de la ligne de flottaison. Ne sachant plus par quel moyen ils allaient se sortir de cette situation, que leur statut ne leur avait jamais laissé entrevoir, ils sombraient dans la désunion en s’adressant tout haut quelques premiers reproches de faiblesse. Pendant ce temps, vous, nos Xuriak, l’Ikurriña sur l’épaule, vous étiez au combat en vous encourageant, en vous resserrant toujours davantage pour augmenter votre potentiel de puissance et de confiance.
Après vous être rééquilibrés en vitamines C, avec un vent capricieux mais plutôt favorable, la seconde période semblait s’annoncer sous de bons auspices. Hélas, l’enthousiasme aussi débridé que généreux dont vous aviez fait preuve en première période, devait, se payer en terme de fraîcheur et donc de lucidité. Aussi après avoir sorti toutes les rames ou autres pagaies à leur portée, les Argelésiens, ayant compris que les jeunes Basques qui leurs étaient proposés au menu du jour resteraient tout particulièrement indigestes, ressortirent le nez de l’eau. Ils s’appuyèrent sur un banc de remplaçants qui ne datait pas d’Hercule mais presque, dont en particulier des quadras qui surent étouffer votre agressivité devant, attaquant ainsi une remontée au tableau de bord qui au final leur apportera une victoire à vos dépends.
Parce que acteurs, vous ne pouvez mesurer ce que tous ensembles vous avez réalisé en ce dimanche dans ce coin perdu de Haute Garonne, tout simplement un exploit. Vous avez, pendant 79 minutes, terrassé la meilleure équipe qui vous a été opposé cette saison, pour le moins. Vous avez imposé respect et admiration aux quelques privilégiés qui ont assisté à cette rencontre y compris à vos adversaires. Eux-mêmes considéraient que leur victoire à la Pyrrhus avait tout d’un hold-up. Car pour ce qui est de leur descendance Herculéenne, c’est vous qui avez incarné la force du héros antique, par votre volonté et votre rage de porter toujours plus haut vos couleurs Stadistes.
Evidemment, vous avez déjà tenté et vous allez vous y employer encore longtemps dans vos moments de solitude, de rejouer telle ou telle action fatale, de corriger ces dernières minutes durant lesquelles vous avez fini par céder, rêver que l’arbitre vous fasse reculer de 10 m de plus sans ajouter un carton blanc au jaune précédent. Mais, aussi bien que moi vous le savez, le passé est irréversible, sa meilleur et unique utilité étant de nourrir le futur, afin de vous construire et vous offrir de nouvelles aventures aussi enthousiasmantes. Gardez précieusement le maillot blanc de ce match que le club vous a offert, vous l’avez tellement mérité, il est rempli de cette histoire collective que vous avez écrite ensemble, avec évidement l’apport tellement compétent et inestimable de vos entraîneurs Jean-Louis Emparan et Thierry Guiraute, elle fait définitivement partie de vous.
Sachez enfin, qu’il est un modeste vice Président du Club, au départ, très heureux de vous accompagner dans ce déplacement, qui à la fin de la rencontre, ajouté à l’émotion évidente du moment, a ressenti une immense fierté d’être aux côtés de votre groupe. Un réel honneur.
Milesker anitz eta Aupa Xuriak.