Jean Prat : Nantes - SH

Match à l'ancienne dans des conditions difficiles Stade Nantais 38-0 SH

Fin de série pour les Xuriak
NANTES - HENDAYE
Le Stade s’est fait corriger par Nantes
SAMEDI
Nantais . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
Hendaye . . . . . . . . . . . . . . . . . . .0
Lieu Nantes. Spectateurs 1 250.
Arbitre M. Kenny (Ecosse). Mi-temps 14-0.
Nantes 5 essais de Bouillon (9e), Belleteste (40e), Burgaud (45e), Jonck (66e), collectif (72e) ; 5 transformations de Le Bourhis (9e, 40e, 45e, 66e), Bouillon (72e) ; 1 pénalité de Le Bourhis (42e).
Carton jaune : Lebastard (39e). Cartons rouges : Negrillo (58e), Coisy (80e + 5), Foucault (80e + 5).
Hendaye
L’équipe : Landrodie, Azpiroz, Sanchez - Zubizarreta, Vial - Dominguez, Sallenave, Pinon - (m) Alcade, (o) Jimenez - Macicior, Erguy, Azpeitia, Etcheverry - Bainconau.
Entrés en jeu : Garcia, Destruhaut, Ezpeleta, Hiriart, Carricaburu, Gallais, Morin, Dallery.
Carton jaune : Pinon (58e). Carton rouge : Vial (80e + 4)
Trois victoires de rang, quatre en cinq matchs, c’est une lanterne rouge auréolée de son invraisemblable finish qui visitait samedi un candidat au Top 5 qualificatif pour les playoffs.
Les ingrédients d’un plat de qualité.
Mais la mayonnaise allait monter un peu vite, mal dosée par un arbitre écossais d’une vingtaine d’années, non-francophone, guère aidé par des conditions de jeu dantesques et deux équipes qui allaient se rejeter la faute d’une deuxième mi-temps irrespirable.
Philippe Arrate, l’entraîneur hendayais soutenait que son équipe « était venue pour jouer, qu’elle avait été trop sanctionnée, l’arbitre ne se rattrapant qu’en fin de match… »
Mais difficile de comprendre ce que le Stade Nantais, inspiré par un duo Belleteste-Bouillon royal, avait à gagner à provoquer un visiteur distancé dès la 45e (24-0), malgré un bon premier acte malheureusement mal fini.
« Il y avait, face à nous, une volonté de nous faire dégoupiller, analysait Bertrand Guilloux, entraîneur des arrières nantais, on a longtemps résisté aux provocations en montrant un état d’esprit exemplaire, en plus d’avoir joué très juste. »
Le sang colorait la boue
La fin de match, inutilement prolongée par l’invité écossais, voyait les poings voler, le sang colorer la boue, et les cartons de toutes les couleurs se multiplier. À l’arrivée, il n’y avait que des perdants, malgré un score éloquent : la fin de série basque, d’une part, se doublait de l’autre, de trois suspensions nantaises à venir.
Interrogé sur l’annonce d’une saison prochaine en Fédérale 2 faite par son président, Philippe Arrate a été clair. « On n’est pas à notre place dans cette division tant qu’elle ne sera pas amateur. On n’a aucun étranger, des gars qui bossent cinquante à soixante heures par semaine. »
Mais le Stade entend bien faire du bruit pour ses adieux au 3e étage.
Bertrand Merloz
S-O du 09 avril 2018